Un laboratoire clandestin de fabrication de drogues démantelé grâce à un signalement auprès de la MNCPC

09/12/2021

Grâce au signalement d’une entreprise auprès de la MNCPC, les policiers de l’Office anti-stupéfiants (OFAST) de Montpellier ont pu démanteler en novembre dernier un laboratoire clandestin de fabrication de cocaïne rose, d’amphétamine, de 3-MMC et d’ecstasy (MDMA).

Le démantèlement d’un laboratoire clandestin synthétisant illicitement des drogues de synthèse est un phénomène peu fréquent en France. L’affaire a donné lieu à une couverture médiatique dans plusieurs titres de presse (Midi Libre, le Parisien) et a été relayée par la fédération France Chimie, engagée de longue date aux côtés de la MNCPC dans une démarche partenariale visant à lutter contre le détournement des précurseurs chimiques.    

L'importance des « signaux faibles »

En l’occurrence, l’entreprise qui s’est manifestée auprès de la MNCPC vend traditionnellement ses produits à des entreprises ou des laboratoires. Elle s’est s’interrogée suite à l’insistance parfois agressive du client qui prétendait tenir un cabinet d’orthoptiste et qui avait par ailleurs sollicité à l’appui de documents d’identité périmés un devis pour plusieurs substances dont deux précurseurs de drogue, le phosphore rouge et l’acide sulfurique.

Le détournement des précurseurs de drogue n’est détectable que par des « signaux faibles », dont les tentatives d’acquisition de produits chimiques font partie aux côtés des cas de disparition, de manquants à la livraison ou de vol de substance. Sans votre aide, il ne peut y avoir de lutte efficace contre les tentatives de détournement de produits chimiques.


Nous contacter

La MNCPC est à votre écoute pour toute question et est joignable :

Nous nous engageons à vous répondre rapidement et à vous faire un retour systématique en vous indiquant s’il y a lieu de poursuivre ou non la transaction.

Mis à jour le 09/12/2021

Partager